Pour quelques larmes de plus…

Je t’écris car je pense que c’est plus sage. J’ai beaucoup de chose à te dire, et j’ai peur que si on se voit pour en parler, qu’on finisse par s’énerver, ne plus s’écouter, et au final, nous n’aurons pas avancé.

J’ai beaucoup hésité avant de t’écrire, et je crois que je vais hésiter à la poster.

Je t’écris parce que je me suis rendu compte que c’était dommage d’en arriver là. On regrettera un jour d’avoir perdu tant de temps.

Je t’écris pour te dire que je t’aime, mais je t’écris aussi parce que j’en ai marre d’avoir mal.

Si tu veux bien te souvenir, tu te rendras compte que nous avons déjà été dans ce genre de situation. Je me souviens très bien des circonstances, de la dureté de tes mots qui sont devenus des maux. Tu m’avais dit des choses horribles, méchantes, et vexantes que l’on ne doit dire à personne, encor moins à sa fille. Je sais que tu as effacé ces genres de souvenirs de fin de soirée. Mais moi je m’en souviens. J’y repense souvent. Je sais que c’était difficile pour toi aussi. Alors je t’ai rappelé, mais nous n’en avions jamais reparlé, Mais saches que ce n’est pas parce qu’on oublie que l’on pardonne.

Aujourd’hui, je ne te demande pas grand choses, juste que tu me parles, que tu m’appelles, que tu me sers dans tes bras.

Je voudrais juste que tu te rendes compte qu’aujourd’hui, il y a un vide dans ma vie.

Mais je voudrais aussi que tu te rendes compte de la déception et du coup que j’ai pu recevoir suite à ta réaction. J’en arrive à me dire que tous mes efforts étaient vains, et que ça ne servait à rien que je cherche à te faire plaisir puisque tu en avais décidé autrement. Tu vas peut-être te dire que j’en rajoute, mais je voudrais que tu te saches ce que l’on peut ressentir quand on fait quelque chose qui nous tient à cœur, quand on veut montrer à ceux qu’on aime, que justement on les aime. C’est ça que j’ai voulu te montrer pour ton anniversaire. Qu’importe tout ce qui s’était passé entre nous, je voulais, ce jour-là te prouver que je t’aimais. Ta réaction à été comme une claque, comme un refus de ce que j’ai voulu te donner. C’est pour ça que j’ai eu une réaction plus excessive que les garçons ou que le reste de la famille.

C’était mon idée, c’était ton jour. Ça aurait du être que du bonheur. Un seul jour qui aurait effacé tant de mauvais souvenirs.

J’avais espéré que tu me rappelles, parce que moi, je n’en ai pas la force. Pourtant je t’écris parce que je ne peux pas être bien tant que tout cela ne sera pas clair. On ne peut pas vivre en s’ignorant puis un jour aller pleurer sur la tombe de l’autre, les yeux plein de larmes et le cœur plein de regrets.

Papa, dis moi qu’est ce qui s’est passé ?

Comment en est-on arrivé là ?

Pourquoi ?

Je n’ai rien demandé, je suis juste ta fille.

 

Je t’embrasse.

8 Réponses à “Pour quelques larmes de plus…”

  1. Kianna dit :

    Bonjour. Ta lettre m’a vraiment touché. Je suis dans une malencontreuse situation moi aussi avec ma maman, cela dure depuis quelques temps deja. Une situation très dure pour moi, pour elle aussi je n’en doute pas, ceci dit, elle a choisi !!! J’ai moi aussi publié sur mon blog une des nombreuses lettres que je lui ai écrites sans jamais oser les poster !!! Je suis de tout coeur avec toi et ta maman et vous souhaite la plus jolie des réconciliations. Bonne chance a toutes les deux, courage, gros bisous, Kianna

  2. chepiok dit :

    En fait c’est avec mon père que ça va pas…
    Un cumul de trop de choses qui nous font en arriver où on ne veut pas.
    Cette lettre je ne l’ai toujours pas postée mais j’espère pouvoir le faire.
    Merci à toi, et courage aussi!!
    Bises

  3. booguie dit :

    rien ne doit t’arrêter tu as besoin de ton père alors envois lui cette lettre, et puis tu verras sa réaction, pas facile hein!
    on dit que celui qui donne des conseils et bien gentils,mais qu’ils ne se trouvent pas à notre place, oui c’est vrai,mais l’amour c’est très important, car un jour on se réveille est on se dit,si j’avais sue!
    mais voila on laisse passer le temps,et le temps ne se rattrape pas, bon courage

    Dernière publication sur Liberté d'expression. : Le Pet...en chiffre.

  4. ketz dit :

    Ta lettre m’a rappelé des moments que j’ai partagé avec une personne que j’ai beaucoup aimé.
    Et cette incompréhension qui plane toujours, ces mots qu’on n’ose pas dire, ces larmes qu’on verse en silence, et ce coeur qui saigne et crie.
    Dans ces moments on se sens juste vidé, et on a l’impression d’être dans le noir.
    Moi j’ai fais le choix de ne plus le voir, et j’ai retrouvé gout à la vie.
    Mais on ne peut pas zaper un pere comme on zap un mec. Alors si tu ne l’as pas encore fait poste cette lettre à ton papa bien aimé. Il comprendra tout l’amour que tu as pour lui, et j’espère que tout ce brouillard qu’il y a entre vous sera alors évanouis.

  5. Marcond dit :

    Tes quelques lignes me retournent.

    J’en suis au même point avec mon papa à moi, quelle merde que d’avoir un homme froid devant soi alors que je sais qu’au fond de son âme… il a rien que de la gentillesse. Mais que veux-tu, moins on choisit la vie que l’on vivre, plus on se planque dans la carapace.

    Je me répète les mots « Soyons désinvoltes, n’ayons l’air de rien »…

    (Et là le silence)

    Je suis moi même Papa maintenant.

  6. Sabine dit :

    Aussi difficile que ce soit, il faut y mettre des mots, tu as raison. Le temps viendra peut-être ou papa reviendra.
    Tu ressens une grande souffrance et si vraiment ça dure, en y réfléchissant et en le voulant, tu pourras, avec le temps, prendre du recul. Oublier, c’est difficile mais apprendre à vivre avec, c’est possible.

    Tu dois avoir envie de crier au monde ce que tu ressens, et vois-tu, il y a du monde qui t’entend.

  7. Lila dit :

    Pour quelques larmes de plus.. Smashing :)

  8. guitay dit :

    Une des choses les plus dures que j’ai faites, la plus dure certainement, a été d’aller annoncer à mon père la mort de mon frère, son fils, avec qui il était « fâché » depuis 3 longues années. Fâché pour des broutilles, des bêtises, car s’en sont toujours à ce niveau. Mon frère s’était fâché avec toute la famille, et j’ai eu la chance de le croiser un jour en ville, et de mettre un mouchoir sur ma fierté. Il était mon frère et je l’aimais immensément. Il me manquait douloureusement. On s’est revus de nombreuses fois, et plusieurs fois il m’a dit « j’irais revoir tout le monde, mais il est trop tôt »…
    Quand je l’ai annoncé à mon père, sa réaction a été celle que j’attendais. La colère. Il s’est emporté, l’orgueil mal placé commandait encore sa tête. Ce n’est que plusieurs moi après qu’il a pu pleurer son fils ainé… Mon père est mort aujourd’hui, et j’espère qu’il a retrouvé son petit pour lui parler.
    En tous cas, quel gâchis !!!
    Si tu as toujours cette lettre, déchire la, va voir ton père et serre le contre toi. Très fort. Il comprendra tout et sera peut être plus raisonnable que mon père et mon frère…
    Patrick

Laisser un commentaire